top of page
Rechercher

LES ÉTAPES DE LA VIE DU CHIEN

De la conception à la vieillesse


« Tout le monde pense qu’ils ont le meilleur chien et ils ont tous raison. » W.R. Pursche (auteur des commandements canins)



La période de reproduction


Chez les petites races, la première période de chaleur survient entre cinq et huit mois, alors que chez les races de grande taille, elle survient habituellement vers 11 ou 12 mois. Dans les deux cas, la durée des chaleurs est variable en fonction des individus cela peut varier entre 15 et 23 jours, généralement deux fois par an, soit tous les six mois. Il est important de noter la date de début de cette période de chaleurs chez votre chienne, car il vous sera plus facile de prévoir la période suivante et de déceler un dysfonctionnement si elle ne se déroule pas normalement. L'apparition des chaleurs chez les chiennes est associée à une série de changements physiologiques qui sont déterminés par le gonflement de la vulve, une miction plus importante et d’abondantes pertes de sang, notamment pendant la première phase du cycle.

Pour les mâles, il est plus facile d’identifier la maturité sexuelle, dès que les testicules descendent il est prêt à effectuer une potentille saillie et n’a pas de période de chaleurs, sentir une femelle en chaleur suffira à réveiller ses instincts.

Pour les femelles, bien que la maturité sexuelle puisse venir vite, nous vous déconseillons d’effectuer la moindre saillie avant la fin complète de sa croissance.



La gestation / période anténatale


La gestation chez la chienne est normalement de 63 jours, si vous ne voulez pas la surprise du nombre de chiots il est possible de réaliser un échographie à partir du 25ème jour de gestation ou une radiographie à partir du 45ème. Quoi qu’il arrive il est important de prendre soin de la future maman en s’assurant que la gestation ne présente pas de risque. Nous vous conseillons de bien vérifier son état de santé grâce à un vétérinaire (vaccins, écoulements anormaux, diagnostic gestationnel, vermifugation). Pensez également à changer son alimentation aux environ de ses 40 jours de gestation, il existe de l’alimentation spéciale pour femelle gestante qui est plus calorifique et avec un apport de nutriments plus important car elle risque de perdre un peu l’appétit avec son estomac comprimé par les fœtus.

Aménagez lui un coin au calme pour qu’elle puisse l’identifier comme un nid et endroit sûr et apaisant.

Il est aussi positif de lui caresser le ventre car les chiots développent le sens du toucher déjà dans le ventre de leur mère et cela a des conséquences positives sur leur futur développement. Il en va de même pour le sens du goût qui est mis à contribution pour les chiens truffier dès cette période via l’alimentation de la future maman.

Passé les 65 jours de gestation, appelez votre vétérinaire pour la marche à suivre pour éviter toute complication.


La période néonatale





Vient enfin la délivrance pour la maman et la joie et le bonheur de votre côté de rencontrer des petites boules de poils sur lesquelles il est impossible de ne pas craquer !

La période néonatale commence à la naissance pour se terminer à l’ouverture des paupières (vers 10 à 15 jours). Les chiots sont surtout réactif au toucher et à la chaleur qui leur permet de s’orienter vers les mamelles pleines de colostrum puis de lait. Manger et dormir seront leurs activités principales ! Pensez à les garder au calme et au chaud là où la maman avait fait son nid si possible.



Période de transition


Cette phase d’éveil dure à peu près aussi longtemps que la précédente et est marqué par la capacité d’entendre et de réagir aux bruits vers la 4ème semaine. A cette période les chiots se risquent à l’exploration ! Laissez les découvrir le monde dans un milieu sécurisé mais pas vide de stimuli. Ils vont commencer à jouer, à s’attacher à leur mère et à prendre conscience de leurs frères et sœurs, c’est l’imprégnation. C’est à ce moment qu’il doivent s’habituer à la présence et à l’odeur de l’être humain et des manipulations et jeux en douceur.



Période de socialisation





Voilà la phase des grands courageux, il vont continuer à explorer de façon plus poussée. Au début rien ne va les effrayer, c’est la période d’attraction (entre 3 et 9 semaines de vie) qui est vitale pour éviter les prémices d’une privation sensorielle et surtout plus simplement l’installation de mauvaises habitudes.

Les chiots apprennent à communiquer et la hiérarchie dans leur groupe, une maman saura quand et comment réprimander un chiot qui va trop loin, observez la et reproduisez ses gestes si besoin ! Les signaux d’apaisements sont très présents à cette période, il est très intéressant de les observer et de les comprendre.

Vient ensuite la période d’aversion qui peut arriver autour de la 5ème semaine. C’est tout à fait normal que les chiots changent de comportement et aient peur de tout ce qui est nouveau, ce sont les néophobies. Il est important de les laisser explorer et de leur proposer un maximum de nouvelles expériences avant cette phase qui peut s’avérer délicate. Dans beaucoup de cas c’est un éleveur qui s’occupe des chiots durant ce temps car il n’est pas légal de céder un chien avant son 2ème mois de vie. Si vous avez la chance d’avoir une portée à la maison, prenez bien soin des chiots et faites leur découvrir des bruits, odeurs et milieux différents, même d’autres races animales si possible. La socialisation primaire du chiot est acquise pour le restant de ses jours et déterminera son comportement avec des congénères pour sa vie entière !

Si vous l’adoptez à deux mois, vous aurez moins de chance de le faire par vous-même. Mais pensez y également, ne le laissez pas s’enfermer dans sa bulle à la maison même si il n’est pas à jour de vaccins, sortez et explorer avec lui son futur quotidien.



Le sevrage


C’est encore une période cruciale de la vie du chiot, c’est l’acquisition de l’indépendance ! Aussi bien alimentaire qu’émotionnelle en se détachant de leur maman et donc en passant à la nourriture solide. Faites bien attention à ses besoins énergétiques qui vont varier rapidement. Une alimentation de qualité et adapté à sa race (taille des croquettes et apport ) est de mise pour son bon développement. La ration ménagère est souvent à éviter à moins d’être sûr de lui apporter minéraux, oligo-éléments et vitamines via des compléments alimentaire, un simple steak haché-riz-haricots ne suffit pas à assurer une croissance équilibré et des os solides.

Attention cela-dit à ne pas pousser dans le sens inverse d’une alimentation trop riche qui peut créer de l’obésité et avoir des conséquence désastreuses sur sa santé ! Prenez bien le temps de lire le sachet que vous avez acheté, les indicateurs âge/poids/ration sont en général de très bon conseil. Il est également facile de trouver sur internet des tableaux en fonction de la race de votre chien pour vous aider.

Pour ce qui est de la gestion des émotions, il va falloir commencer à repousser votre chiot quand il vient chercher trop l’attention afin de favoriser le détachement et son bien être mental pour les années à venir. Ca paraît un peu froid, mais rassurez-vous, sa maman se comporterai de la même façon !



L’âge adulte et la maturité


L’entrée à l’âge adulte se caractérise par la fin de la croissance et l’acquisition des comportements moins juvéniles et joueurs, elle varie surtout en fonction des formats de poids.





Puis arrive la période tant attendue qui vient plus ou moins rapidement en fonction du caractère de votre chien, de sa race et de ses habitudes, la maturité, enfin. Un chien bien dans ses pattes avec une relation équilibrée va s’apaiser plus vite qu’un chien stressé et dans un environnement instable. Il faut garder à l’esprit que ce qu’a vu votre chien dans sa jeunesse va aussi l’aider à se poser. C’est généralement entre 2 ans et 4 ans que cette maturité s’installe.


C’est également le moment de faire un bon check-up chez votre vétérinaire pour déceler les éventuels soucis de santé et de réagir pour lui assurer une santé de fer.



Le chien sénior


Ca y est, votre chien à eu une vie royale, vient maintenant le grand âge. L’apparition du masque de vieillesse (une robe clairsemée de poils blancs, surtout sur le visage), quelques difficultés à se déplacer ou bien des troubles alimentaires plus fréquents. Un chien sénior sait également se faire comprendre quand quelque chose ne lui plaît pas, son seuil d’irritabilité peut drastiquement diminuer et deviendra un peu grincheux et ses réactions parfois fortes peuvent effrayer.




Vieillir ce n’est pas facile pour un chien, il ne se plaindra pas des douleurs qu’il peut ressentir qu’elles viennent de l’arthrose, des problèmes dentaires, d’une baisse de la vue jusqu’à la cécité ou dans le pire des cas d’apparition ou développement de cancers.

Tous ces aléas ne sont pas évitables mais on peut les réduire grâce à un contrôle à la maison fréquent, une hygiène de vie adapté et en ayant anticipé les éventuels soucis vétérinaires.

Il existe également quelques troubles comportementaux liés au grand âge qu’il ne faut pas minimiser, l’intervention d’un éducateur pourra vous aider même à son âge pour éviter de le voir souffrir ou de causer des dégâts.


Notre conseil est de prendre soin de lui dès son plus jeune âge et d’adapter son alimentation, sa dépense énergétique et ses activités en fonction de ses capacités.

Un chien heureux et actif, vous le rendra l’amour que vous lui portez au centuple.



139 vues0 commentaire
bottom of page